“Nous travaillons ensemble pour le droit de nous convertir les uns les autres”

Quand, dans un pays majoritairement musulman, chrétiens et musulmans travaillent ensemble pour préserver leur liberté de se convertir l’un l’autre, ils sont aussi capables de vivre en paix.

Partenariat improbable

Au cours des trois dernières années, l’Alliance évangélique mondiale (AEM) a engagé des conversations avec des représentants de la plus grande organisation musulmane du monde, le Nahdlatul Ulama (NU) en Indonésie, afin de poursuivre le désir mutuel de protéger la liberté religieuse pour tous. Ce partenariat naissant a conduit à la publication récente d’un livre commun intitulé “God Needs No Defense – Reimagining Muslim-Christian Relations in the 21st Century”. L’espoir de l’AEM et du NU est de tracer une nouvelle direction pour que les chrétiens et les musulmans s’engagent les uns envers les autres de manière honnête et respectueuse, même s’ils ne partagent pas les croyances de l’autre.

Ce que certains ont décrit comme un “partenariat improbable” entre l’AEM, qui représente et sert plus de 600 millions d’évangéliques dans 143 pays, et le NU, qui représente quelque 90 millions de musulmans, est ancré dans le désir commun de contrer les expressions radicales et violentes de la religion et de construire un monde plus sûr et plus pacifique. L’élément le plus fondamental pour vivre ensemble pacifiquement est que l’État et la société respectent le droit de toute personne à choisir sa religion, ou comme l’a exprimé le secrétaire général de l’AEM, l’évêque Dr Thomas Schirrmacher : “Nous travaillons ensemble pour le droit de nous convertir les uns les autres”.

Guerre, compromission ou respect de la “vérité” de l’autre

 Dans son discours de remerciement lors du lancement du livre qui a eu lieu à Washington, DC, en juillet, Schirrmacher a noté que le christianisme et l’islam ont tous deux connu des périodes de l’histoire où les désaccords théologiques entre les deux religions, ou même entre différents groupes au sein d’une même religion, ont conduit à des conflits, voire à des guerres. D’autre part, il existe également de nombreux exemples de sociétés où chrétiens et musulmans vivent ensemble pacifiquement et coopèrent parfois sur des questions d’intérêt commun.

Conscient que certains croyants hésitent à s’engager auprès de personnes d’une autre foi de peur de compromettre leurs propres convictions, M. Schirrmacher a souligné que le dialogue et la coopération interreligieux ne contredisent pas les affirmations de vérité absolue. “Il est possible de plaider pour la liberté religieuse, l’harmonie sociale et la coopération interreligieuse sans partager les convictions d’autres groupes religieux”, a-t-il déclaré.

Il a également fait référence à la résolution sur la liberté religieuse adoptée lors de l’assemblée générale de l’AEM en 2008, qui stipule ce qui suit : “L’AEM fait la différence entre la défense des droits des membres d’autres religions ou d’aucune religion et l’approbation de la vérité de leurs croyances. La défense de la liberté des autres peut se faire sans accepter la vérité de ce qu’ils croient.”

Seuls les convaincus peuvent vraiment dialoguer

“Les relativistes, ou les personnes qui n’ont pas de convictions fermes et profondes sur la vérité absolue, sont beaucoup moins capables de mener un dialogue significatif, car ils ne sont plus vraiment sûrs de ce qu’ils croient. En revanche, une collaboration significative peut se produire entre des groupes qui savent ce qu’ils croient, parce qu’ils peuvent identifier des domaines d’accord clair et travailler ensemble dans ces domaines”, a observé M. Schirrmacher. Il a ajouté qu'”à l’inverse, la liberté et l’harmonie n’émergent pas automatiquement lorsque des communautés religieuses ou des personnes non religieuses renoncent à leurs revendications de vérité.”

La liberté religieuse est une priorité de l’AEM depuis sa fondation en 1846. Il s’agit du premier organisme confessionnel mondial à avoir défendu la liberté religieuse non seulement pour les évangéliques, mais aussi pour les personnes de confession différente ou sans confession. Les efforts conjoints avec le NU pour promouvoir la coexistence pacifique et permettre à l’autre de partager librement sa foi continuent de s’appuyer sur cette longue tradition.

Amour et liberté

Le sujet a également figuré en bonne place dans le discours inaugural de M. Schirrmacher lorsqu’il a pris la direction de l’AEM au début de cette année. Dans des remarques qui ont également été incluses dans le chapitre d’introduction de “God Needs No Defense”, il a souligné que l’idée même de la liberté religieuse et de la nécessité d’une décision de croire basée sur le libre arbitre n’est pas simplement un principe politique, mais qu’elle fait partie intégrante de la compréhension de l’amour de Dieu et de son désir d’être en relation avec les humains qu’il a créés. “Dieu lui-même veut être aimé, veut que nous lui fassions confiance, veut notre vie. Il ne veut pas que nous le priions parce que nous sommes forcés ou parce que quelqu’un nous a payé ou que quelqu’un nous a trompé. Il veut notre confiance, notre cœur et notre amour, et l’amour est quelque chose qui ne peut être forcé”, a déclaré M. Schirrmacher.

Discussions théologiques plutôt que guerres religieuses

Le Dr Thomas K. Johnson, qui est conseiller théologique principal de l’AEM et envoyé spécial pour l’engagement dans l’islam humanitaire, a coécrit le livre avec C. Holland Taylor, président et directeur général de la Fondation LibForAll et émissaire pour l’ONU, les Amériques et l’Europe de Gerakan Pemuda Ansor, le plus grand mouvement de jeunes adultes musulmans du monde. Dans son discours lors du lancement du livre, M. Johnson a expliqué le choix du titre de l’ouvrage : “Le schéma des jihads et des croisades frappe encore l’imagination de beaucoup. Pensez au 11 septembre ou aux conflits qui se poursuivent au Sahel et en Afrique de l’Ouest.

Lorsque nous disons “Dieu n’a pas besoin de défense”, c’est ce que nous avons à l’esprit. Au lieu d’un conflit militaire comme moyen de “défendre Dieu ou une religion”, le livre que nous publions aujourd’hui développe une discussion théologique sérieuse sur la façon de vivre ensemble comme de bons voisins et sur la façon dont nos communautés de foi peuvent contribuer conjointement à des sociétés florissantes. Une discussion sérieuse sur les principes doit remplacer les conflits violents.”

Des musulmans et des chrétiens d’accord de ne pas instaurer la charia

Dans un article paru en 2020 dans Christianity Today, M. Johnson a cité l’exemple de la Gambie comme un fruit de l’initiative de collaboration avec le NU. Cette petite nation d’Afrique de l’Ouest, musulmane à 95 %, était sur le point d’inscrire la charia dans sa nouvelle constitution, ce qui “alarmait à la fois les chrétiens et les musulmans tolérants.”

“Schirrmacher a constaté que certains dirigeants musulmans de Gambie avaient déjà entendu parler de l’alliance de l’AEM avec Humanitarian Islam et en étaient favorablement impressionnés. Cet engagement a démontré que les chrétiens et les musulmans pacifiques, bien qu’ils aient souvent des différences culturelles et des malentendus à surmonter, peuvent être plus efficaces politiquement et plus persuasifs dans de nombreux pays lorsqu’ils travaillent ensemble”, a-t-il poursuivi.

Les efforts conjoints des chrétiens évangéliques et des musulmans modérés ont finalement contribué à empêcher l’inclusion de la charia dans la constitution. Se référant à NU, Johnson a commenté : “Nous avons des différences religieuses cruciales, mais ces musulmans cherchent à permettre aux gens de vivre ensemble en paix, et nous devrions les applaudir pour cela.”

Voir aussi : Discours de Thomas Schirrmarcher

“God Needs No Defense – Reimagining Muslim-Christian Relations in the 21st Century” . Ce livre est téléchargeable en anglais ici . 

VOUS AVEZ AIMÉ CET ARTICLE ?
S’abonner à notre newsletter.

En soumettant ce formulaire, j’accepte la politique de confidentialité

Articles en relation