L’antisémitisme musulman est-il lié au conflit israélo-palestinien ?

Depuis 1948, le conflit qui oppose les Etats arabes à Israël focalise l’attention internationale. Malgré les tentatives répétées de résolutions politiques, la paix n’a jamais prévalu. Comment expliquer que, contrairement à d’autres, ce conflit n’en finisse pas de rebondir ? A cette question, les auteurs de cet article donne une explication religieuse.

Il est fréquent d’entendre des gens faire un lien direct entre l’antisémitisme musulman et le conflit israélo-palestinien. Ils trouvent compréhensible que les musulmans aient de la haine à l’encontre des Juifs puisque ceux-ci occupent des territoires qui devraient, pensent-ils, revenir aux musulmans. Si ce conflit pouvait cesser, les relations seraient alors normalisées entre musulmans et Juifs.

La réalité est toute autre et l’examen attentif du Coran et des Hadiths nous permet de comprendre les véritables origines de cette haine. Revenons à l’histoire de Mahomet.

GENESE D’UNE RELATION CONFLICTUELLE

Deux périodes

Pendant toute la période mecquoise, Mahomet ne s’adresse qu’aux idolâtres mecquois qu’il appelle à se convertir au monothéisme tel qu’il a été révélé à Abraham et à sa descendance, de Moïse jusqu’à Jésus-Christ.

Au début de la période médinoise, Mahomet s’efforce de rendre l’islam séduisant pour les Juifs, cherchant à leur prouver que l’islam est la véritable religion d’Abraham. Plusieurs versets coraniques rappellent aux Juifs les bienfaits que Dieu leurs a accordés dans le passé, malgré leur désobéissance, et les appellent à croire en la révélation faite à Mahomet : Sourate 2.47, 62 ; 5.20, 44, 66 ; 28.4-6.

Les Juifs ne répondent pas favorablement aux discours et aux appels de Mahomet. Constatant que ses récits diffèrent des Écritures saintes, ils mettent en doute ses enseignements, adoptent une position défensive vis-à-vis de l’islam et se moquent de lui, de l’islam et des musulmans.

Détérioration des relations

Les révélations coraniques deviennent acerbes à l’encontre des Juifs : Sourate 3.181 ; 4.46.

Les relations se détériorent sérieusement entre Mahomet et les Juifs, au point que ces derniers considèrent le Prophète comme une menace dangereuse.

Les tribus juives de Médine subissent soit l’expulsion et la perte de leurs biens (les Banu Qaynuqa et les Banu Nadir), soit le massacre des hommes, depuis l’enfant pubère jusqu’au vieillard, et la réduction à l’esclavage sexuel de leurs femmes, de leurs filles et même de leurs fillettes. Il s’agit de la tribu des Banu Qurayza.

Les oasis juives de Khaybar et de Fadak sont prises. À Khaybar, qui a refusé de se rendre, les hommes sont massacrés et les femmes réduites à l’esclavage sexuel. La princesse Safiyat est prise par Mahomet lui-même. Il a des rapports sexuels avec elle, le soir même de la journée où il a massacré sa tribu, torturé et égorgé son mari.

Malédictions coraniques

Les révélations coraniques deviennent carrément des malédictions : Sourate 26.196-197.

Allah considère désormais les Juifs comme des singes et des porcs (Sourate 2.65 ; 5.60 ; 7.166 ;).

Il n’y a plus de tolérance envers le judaïsme et le christianisme : la seule religion est l’islam (Sourate 3.85).

Les Juifs sont accusés d’avoir falsifié les Écritures (Sourate 2.75) et détourné leur sens (Sourate 5.13).

Les Juifs et les chrétiens sont déclarés les « ennemis les plus acharnés des croyants » musulmans. Ils sèment l’inimitié, la guerre, le désordre sur terre (Sourate 5.64b).

Le Coran finit par conclure que le peuple juif n’est plus le peuple élu d’Allah et que les musulmans ont été choisis à sa place pour défendre la seule vraie religion : l’islam.

Surenchère agressive

Les deux versets suivants sont encore plus agressifs : (Sourate 9.5) : « Tuez les associateurs​1​ où que vous les trouviez. Capturez-les, assiégez-les et guettez-les dans toute embuscade. Si ensuite ils se repentent, accomplissent la Salat (prière rituelle prononcée cinq fois par jour) et acquittent la Zakat (aumône légale versée à l’autorité musulmane, qu’il ne faut pas confondre avec un acte de charité), alors laissez-leur la voie libre, car Allah est pardonneur et miséricordieux. »

(Sourate 9.29) : « Combattez ceux qui ne croient ni en Allah ni au Jour dernier, qui n’interdisent pas ce qu’Allah et son messager ont interdit et qui ne professent pas la religion de la vérité, parmi ceux qui ont reçu le Livre (les Juifs et les chrétiens), jusqu’à ce qu’ils versent la capitation par leurs propres mains, après s’être humiliés ».

Hostilités envers les Juifs et les chrétiens

Pour sauver leur peau, les Juifs et les chrétiens ont donc la possibilité de se convertir à l’islam ou de payer le tribut de capitation et d’accepter l’occupation de leur pays par les musulmans.  En plus, ils doivent se considérer comme des citoyens de second ordre en vivant dans l’humiliation conformément au statut d’infériorité imposé par l’islam. S’ils opposent une résistance, ils sont tués par l’épée et leurs biens comme leurs terres sont pris par les musulmans dans le cadre du butin. Leurs femmes, y compris les filles et même les fillettes, sont réduites à l’esclavage sexuel et vendues comme des bestiaux sur les marchés d’esclaves.

En 628, Mahomet fait une déclaration très importante : « Deux religions ne peuvent pas coexister sur la terre des Arabes. » C’est ainsi que Mahomet décide d’éliminer la communauté juive d’Arabie. Ses membres sont soit convertis à l’islam, soit vendus comme esclaves sur les marchés, soit tués.

Ce précepte de Mahomet est toujours en vigueur en Arabie Saoudite : aucune autre religion que l’islam n’y est tolérée.

COMBAT PERMANENT CONTRE LES JUIFS

Ennemis jusqu’au jour du jugement

Les enseignements du Coran et de Mahomet sont très clairs : le combat mené par les musulmans contre les Juifs n’aura jamais de fin.

Dans un Hadith, que l’on peut lire dans L’Authentique de Boukhâri, Mahomet appelle les musulmans à combattre les Juifs jusqu’au jour du jugement dernier :

« Le Jour du Jugement dernier ne viendra pas avant que les musulmans ne combattent les Juifs. Quand les Juifs se cacheront derrière les rochers et les arbres, les rochers et les arbres diront : Ô Musulman, Ô Abdallah, il y a un Juif derrière moi, viens le tuer. »

Bien que les Juifs aient été chassés d’Arabie, les musulmans continuent de les persécuter partout où l’islam a pris le pouvoir. Toutefois, au cours de l’histoire, il y aura des périodes de tolérance, grâce à des califes qui iront à l’encontre des enseignements du Coran et de l’exemple de Mahomet.

Israël comme point de fixation contemporain du combat contre les Juifs

En 1947, l’ONU décide la création de deux États sur le territoire qui allait de la Méditerranée au Jourdain : Israël et l’État palestinien. Les pays arabes refusent ce partage, y compris la création d’un État palestinien.

En 1948, David Ben Gourion, premier ministre d’Israël, lit à la radio la déclaration d’indépendance de l’État d’Israël. Cette déclaration provoque une véritable explosion dans le monde arabe et au sein de la communauté musulmane internationale. En effet, par cette déclaration, les Juifs font un affront à tous les pays musulmans en privant l’islam d’une terre considérée comme sienne. Il faut donc la récupérer à tout prix.

C’est ainsi qu’en 1948, puis 1956, 1967 et 1973, les armées musulmanes décident d’attaquer Israël afin de le rayer de la carte. Mais ils n’y parviennent pas.

Durant la guerre de 1948, les pays musulmans occupent les territoires destinés aux Palestiniens. La Cisjordanie et Jérusalem-Est sont occupés par la Jordanie, et la Bande de Gaza par l’Égypte. Cette occupation durera jusqu’à la guerre de 1967 et les pays arabes refuseront de créer un État palestinien sur ces territoires qu’ils occupaient.

La Palestine, création politique de circonstance

La situation change quand ces territoires sont perdus par les pays arabes pendant la guerre de juin 1967. À partir de ce moment, les pays arabes décident que ces territoires constituent la Palestine, et ils transforment ainsi les zones perdues dans le cadre d’une guerre en une « occupation coloniale » d’un État souverain : la Palestine.

L’échec des pays arabes à rayer Israël de la carte sont ressentis comme une défaite du monde musulman face aux Juifs. Plusieurs chefs politiques et une grande majorité des musulmans expliquent cet échec par une consécration insuffisante des soldats musulmans à l’islam. C’est ainsi qu’un vent de retour à l’islam souffle sur les diverses communautés musulmanes. Tous doivent comprendre que le conflit entre l’islam et Israël est d’ordre religieux et qu’aucune solution politique ne sera acceptée.

COHERENCE DU DISCOURS RELIGIEUX MUSULMAN

Il est intéressant d’écouter les prêches en arabe de certains imams bien établis en Europe. On constate qu’ils se réfèrent au Coran et à Mahomet et citent les versets que nous avons mentionnés plus haut. Il y a donc une continuité de doctrine depuis l’époque de Mahomet.

Prenons l’exemple de l’imam Béchir Ben Hassen. Résident de Noisy-le-Grand, en Seine-Saint-Denis, près de Paris, il enseigne au centre de culture humaine de cette commune. Il y a deux faits remarquables à noter à son sujet. D’abord, alors que la Tunisie lui interdit de prêcher sur son territoire, il est entièrement libre de le faire en France ! Ensuite, les assassins de Samuel Paty et de la policière de Rambouillet se sont réclamés de ses enseignements.

Prêche de Béchir Ben Hassen en mai 2020

« Ce sont les Juifs qui sont derrière les soufis, qui pratiquent des rituels qui sont des innovations comme les derviches tourneurs, ou ceux qui reviennent à l’hérésie des Mu’tazilites en prétendant que le Coran n’est pas la Parole d’Allah de toute éternité.  

Les Juifs financent, élaborent et soutiennent ces innovations dans le but de détourner la communauté musulmane de l’enseignement du Prophète.

Allah nous a dit dans le Coran : « Ils sèment la corruption et le désordre sur terre, et Allah n’aime pas ces corrupteurs, semeurs de désordre »

Ils n’ont aucune pitié envers les musulmans. Ils ne protégeront jamais les musulmans, mais l’État d’Israël, cet État imposteur et dominateur, que l’islam nous interdit de fréquenter, de reconnaître ou d’établir avec lui des relations diplomatiques.

Normaliser les relations avec Israël constitue un crime impardonnable devant la religion musulmane, la communauté de Mahomet et nos frères de Palestine.  

Nous ne nous assoirons jamais à côté de ces Juifs, nous ne reconnaîtrons jamais leur État et il n’y aura jamais avec eux de relations diplomatiques ou toute autre forme de relation.

Ils ne cesseront jamais de planifier leurs agressions contre les musulmans. Les dernières nouvelles nous apprennent qu’ils ont mené un raid où ils ont tué quatre de nos frères et blessé une vingtaine.

C’est un raid planifié et exécuté par les frères des singes et des cochons contre la Bande de Gaza qui subit l’encerclement sur terre, par les airs et sur la mer.

Il est du devoir des gouvernants et des responsables de mettre en marche leurs armées pour porter secours à Jérusalem afin de purifier la mosquée Al Aksa de la souillure des Juifs, et de la libérer des griffes sionistes. Il faut qu’ils portent secours à leurs frères, les faibles palestiniens.

Il est nécessaire d’appeler les musulmans et d’éduquer la communauté musulmane dans la véritable éducation, jusqu’à ce que nous soyons prêts à affronter et combattre les Juifs.

Il est nécessaire de poursuivre la guerre contre eux. Cette guerre est un devoir, qu’on le veuille ou non, et c’est un signe pour l’avènement du jugement dernier. 

Dans son Hadith rapporté dans l’authentique de Mouslim, le prophète Mahomet a annoncé : « Le jugement dernier ne peut advenir qu’après que les musulmans combattent les Juifs, jusqu’à ce que ceux-ci se cachent derrière les pierres et les arbres.

Alors l’arbre et la pierre appelleront les musulmans en disant : « Ô serviteur d’Allah, ô musulman, il y a un Juif qui se cache derrière moi, viens et tue-le ».

Mais il faut bien écouter ce que dit ce noble Hadith : le jugement dernier n’arrivera pas avant que les musulmans ne combattent les Juifs jusqu’à ce que les Juifs se cachent derrière les arbres et les pierres.

Et que disent les arbres et les pierres ? Ils n’appellent pas un arabe, ni un Palestinien, ni un Syrien, ni un Tunisien, ni un Égyptien, mais ils appellent le musulman, le serviteur d’Allah. Ils l’appellent par ce qui le caractérise : son adoration envers Allah.

Notre adoration envers Allah ne peut être complète que si nous assurons la victoire d’Allah et le triomphe sur les Juifs.

Il faut souligner que notre guerre contre les Juifs n’est pas liée à un territoire ou une frontière, mais c’est une guerre de religion et d’existence.

Il faut faire la différence entre une guerre pour un territoire ou une frontière et une guerre dogmatique et existentielle.

Tant que les Juifs seront présents dans ce monde, la haine entre nous et eux durera  jusqu’au dernier jour du jugement dernier.

Certains courants de l’islam prétendent que l’islam n’a jamais été hostile aux Juifs et que nous sommes des amis pour l’éternité, alors que le Coran affirme : « Tu ne trouveras pas de pires ennemis envers les musulmans que les Juifs et ceux qui associent d’autres divinités au seul Allah ». 

Et le Prophète nous a annoncé dans son Hadith rapporté par Ibn Majah : « Si deux Juifs rencontrent un musulman, ils feront une conspiration pour le tuer ».

Il n’est pas permis de côtoyer des Juifs, parce qu’ils sont des comploteurs qui se sont spécialisés dans la traitrise et la trahison.

Il faut que les musulmans prennent garde à cette entité qui représente un cancer qui s’implante dans leur corps.

Que représentent les Juifs en Israël : deux, quatre ou huit millions. En face, il y a un milliard et demi de musulmans. Si chaque musulman crache sur Israël, les Juifs seront inondés dans les crachats des musulmans.

 J’implore et je prie Allah, qu’il soit exalté, qu’il nous montre la journée sombre qu’il réserve aux Juifs, comme la journée où il a exterminé les peuples de ‘Ad et Thamoud (ces deux peuples sont cités dans le Coran).

J’implore Allah pour qu’il purifie l’esplanade des mosquées à Jérusalem des griffes juives, qu’il donne la victoire à ceux qui font le Djihad dans son chemin, qu’il purifie Jérusalem la noble et la sainte.  

J’implore Allah pour qu’il réjouisse nos yeux par le triomphe de l’islam et des musulmans en tous lieux, pour qu’il nous confirme cette victoire et ce triomphe de l’islam ». 

Vidéo du prêche de Béchir Ben Hassen en arabe

Deux autres autres exemples de prêches antisémites

Youssef Quaradawi, président du Conseil Européen de la Fatwa et de la Recherche, un membre éminent des Frères Musulmans, va dans le même sens. Voici son message :

L’imam de la Grande Mosquée de Toulouse tient le même discours :

Note


  1. ​1​
    Les associateurs (mushrikun) sont les idolâtres, les polythéistes, les païens qui ne croient pas en l’unicité d’Allah. Les chrétiens, entre autres, sont considérés comme des associateurs parce qu’ils adorent Dieu, mais aussi Jésus, le Fils de Dieu, ainsi que le Saint-Esprit.

VOUS AVEZ AIMÉ CET ARTICLE ?
S’abonner à notre newsletter.

En soumettant ce formulaire, j’accepte la politique de confidentialité

Articles en relation