Rapport entre les textes fondateurs de l’islam et la radicalisation de certains musulmans

 

En Suisse, comme dans l’ensemble des pays occidentaux, les autorités admettent que la radicalisation des musulmans qui s’engagent dans le jihad doit être combattue en premier lieu dans l’enseignement.

 

Pour être cohérents dans cette démarche, les autorités devraient examiner attentivement cet enseignement. Elles devraient analyser en premier lieu les textes fondateurs de l’islam, en particulier le Coran et les recueils de Hadiths. Parmi ces recueils, il faut commencer par les deux plus importants : les Sahihes Boukhari et Mouslim, qui sont considérés comme authentiques par l’unanimité des théologiens musulmans sunnites. Il faudrait également analyser les recueils équivalents chez les musulmans chiites.

 

On ne peut éviter cette constatation toute simple : le Coran prescrit aux fidèles de combattre, de tuer et de se faire tuer pour que la Parole d’Allah soit la plus élevée et que l’islam domine les autres religions.

 

Reprenons certains textes déjà évoqués dans le premier chapitre.

 

La prescription de combattre et le pacte établi entre Allah et ses fidèles

 

Une analyse rapide du Coran permet de constater que ce livre prescrit le combat pour tuer ceux qu’il considère comme les ennemis d’Allah :

 

(S2, V216) : « Le combat (où l’on tue et se fait tuer) vous a été prescrit alors qu’il vous est désagréable. Or, il se peut que vous ayez de l’aversion pour une chose alors qu’elle vous est un bien. Et il se peut que vous aimiez une chose alors qu’elle vous est mauvaise. C’est Allah qui sait, alors que vous ne savez pas. »

 

Dans ce verset, Allah utilise exactement les mêmes termes qui prescrivent le jeûne du Ramadhan. Il n’y a aucun doute possible : on ne peut pas dire que le jeûne du Ramadhan est prescrit en tout temps et en tout lieu, alors que le combat ne serait prescrit que dans un contexte limité dans le temps et dans l’espace.

 

On soulignera cet élément très important : le verset qui prescrit le combat se termine ainsi : « Allah sait et vous ne savez pas ». C’est clair! Allah commande au musulman d’obéir sans se poser de question.

 

Le deuxième verset, ci-dessous, précise le cadre de la prescription du combat : un pacte éternel entre Allah et les croyants. Ce verset est fondamental pour comprendre l’importance du combat dans le chemin d’Allah :

 

(S9, V111) : « Certes, Allah a acheté des croyants, leurs âmes et leurs biens ; en contrepartie, Il leur promet le Paradis. Ils doivent combattre dans le sentier d’Allah : ils tuent et ils se font tuer. Allah leur promet le Paradis : c’est une promesse authentique qu’Il a prise sur Lui-même dans la Thora, l’Évangile et le Coran (pour l’éternité). Et qui est plus fidèle qu’Allah à son Pacte (ou engagement) ? Réjouissez-vous donc de l’échange que vous avez fait : Et c’est là une réussite suprême (un très grand succès) pour vous. »

 

Allah demande au croyant de lui vendre son âme et, en contrepartie, Il lui promet l’accès garanti au Paradis. Allah précise au croyant en quoi consiste la vente de son âme et de ses biens : le croyant devra combattre dans le chemin d’Allah. Et pour qu’il n’y ait aucun doute sur la nature de ce combat, Allah précise au croyant qu’il doit tuer et se faire tuer. C’est explicite et aucun doute ne peut être émis sur cette prescription.

 

La suite du verset est d’une importance capitale, puisqu’elle pose la question : « Qui est plus fidèle qu’Allah à son pacte ou engagement ? » Il s’agit donc d’un pacte solennel entre le Dieu de l’islam et ses fidèles. Et ce pacte est établi pour l’éternité. De plus, ce verset du Coran est très important, car c’est le seul endroit du Coran où Allah garantit à celui qui meurt dans le jihad l’entrée au Paradis, sans jugement, ni épreuve du tombeau. Même le Prophète Mahomet lui-même n’avait pas reçu cette garantie et demandait à son entourage de prier pour lui.

 

Dans le verset suivant, le Coran rend hommage aux musulmans qui s’engagent dans le jihad, et rappelle que ces fidèles respectent leur engagement envers Allah :

 

(S33, V23-24) : « Il y a, parmi les croyants, des hommes qui ont été sincères dans leur engagement envers Allah. Certains d’entre eux ont atteint leur fin (en mourant dans le combat pour Allah), et d’autres attendent encore ; et ils n’ont changé en rien dans leur engagement, afin qu’Allah récompense les véridiques pour leur sincérité (dans le respect du pacte avec Allah). »

 

On peut constater que les commandements de combattre dans le Coran ne sont pas liés à un contexte limité dans le temps et l’espace. Ils sont éternels. Ils sont valables en tout lieu et en tout temps, puisqu’Allah a fait un pacte et une promesse éternelle d’entrer au Paradis à ceux qui combattent et meurent dans son chemin. D’ailleurs, Allah précise dans le Coran que tous ces préceptes sont éternels :

 

(S33, V62) : « Telle était la loi établie par Allah envers ceux qui ont vécu auparavant et tu ne trouveras pas de changement dans la loi d’Allah. »

 

(S35, V43) : « Et jamais tu ne trouveras de changement dans la règle d’Allah, et jamais tu ne trouveras de déviation dans la règle d’Allah. »

 

Les fidèles qui s’engagent dans le jihad sont supérieurs aux autres croyants

 

Le Coran enseigne dans de nombreux versets que les musulmans qui s’engagent dans le jihad sont supérieurs aux autres croyants qui se limitent à pratiquer le culte et refusent de combattre :

 

(S4, V95-96) : « Ne sont pas égaux ceux des croyants qui restent chez eux (sans combattre) et ceux qui luttent corps et biens dans le sentier d’Allah. Allah donne à ceux qui luttent corps et biens un grade d’excellence sur ceux qui restent chez eux. Et à chacun Allah a promis la meilleure récompense ; et Allah a mis les combattants au-dessus des non-combattants en leur accordant une rétribution immense ; des grades de supériorité de Sa part ainsi qu’un pardon et une miséricorde. »

 

(S49, V15) : « Les vrais croyants sont seulement ceux qui croient en Allah et en Son messager, qui par la suite ne doutent point et qui luttent avec leurs biens et leurs personnes dans le chemin d’Allah. Ceux-là sont les véridiques»

 

(S9, V20-22) : « Ceux qui ont cru, qui ont émigré et qui ont lutté par leurs biens et leurs personnes dans le sentier d’Allah, ont les plus hauts rangs auprès d’Allah… et ce sont eux les victorieux. Leur Seigneur leur annonce de Sa part miséricorde et agrément, et des Jardins où il y aura pour eux un délice permanent où ils demeureront éternellement. Certes, il y a auprès d’Allah une énorme récompense. »

 

(S3, V142) : « Comptez-vous entrer au Paradis sans qu’Allah ne distingue parmi vous ceux qui luttent et qui sont endurants ? »

 

Ces versets montrent à l’évidence que l’enseignement du Coran pousse les musulmans à la radicalisation et au jihad. En effet, Allah aime ceux qui combattent et tuent pour que sa Parole domine le monde :

 

(S61, V4) : « Allah aime ceux qui combattent pour tuer dans Son chemin en rang serré, pareils à un édifice renforcé. »

 

Allah demande à Mahomet d’inciter les fidèles au combat et condamne ceux qui refusent de se battre

 

Dans le Coran, Allah ordonne à Mahomet non seulement de combattre les mécréants et les hypocrites, mais aussi d’inciter les musulmans au combat :

 

(S9, V73) : « Ô Prophète, combats les mécréants et les hypocrites, et sois rude avec eux ; l’Enfer sera leur refuge, et quelle mauvaise destination ! »

 

(S8, V65) : « Ô Prophète, incite les croyants au combat. S’il se trouve parmi vous vingt endurants, ils vaincront deux cents ; et s’il s’en trouve cent, ils vaincront mille mécréants… »

 

Par ailleurs, le Coran condamne d’une manière explicite les musulmans qui refusent de combattre :

 

(S9, V38) : « Ô vous qui croyez ! Qu’avez-vous ? Lorsque l’on vous a dit : “Élancez-vous dans le sentier d’Allah”; vous vous êtes appesantis sur la terre. La vie présente vous agrée-t-elle plus que l’au-delà ? Or, la jouissance de la vie présente ne sera que peu de chose, comparée à l’au-delà ! »

 

(S9, V39) : « Si vous ne vous lancez pas au combat, Il vous châtiera d’un châtiment douloureux et vous remplacera par un autre peuple. Vous ne Lui nuirez en rien. Et Allah est Omnipotent. »

 

Allah reproche à ces musulmans de préférer la vie présente, leur bien et leur parenté au combat dans le chemin d’Allah :

 

(S9, V24) : « Si vos pères, vos enfants, vos frères, vos épouses, vos clans, les biens que vous gagnez, le négoce dont vous craignez le déclin et les demeures qui vous sont agréables, vous sont plus chers qu’Allah, Son messager (Mahomet) et la lutte dans le sentier d’Allah, alors attendez qu’Allah fasse venir Son ordre. Et Allah ne guide pas les gens pervers. »

 

L’enseignement coranique mène à la radicalisation

 

Comme on peut le constater à travers la citation de ces versets, il apparait clairement que l’enseignement du Coran mène à la radicalisation, puisque le jihad et le combat sont glorifiés et encouragés.

 

Les musulmans, depuis leur plus tendre enfance, apprennent, mémorisent et récitent quotidiennement les versets du Coran. Ils doivent apprendre le Coran dans sa totalité au cours de cet apprentissage qui dure plus de dix ans. Par ailleurs, la récitation du Coran se fait d’une manière collective. Cette tradition est très répandue dans les pays musulmans. Elle s’étend aujourd’hui aux pays européens.

Il est très important que nos autorités réalisent la dangerosité de cet enseignement coranique. Il faut également garder à l’esprit que les musulmans considèrent que ce texte coranique est la « Parole incréée, éternelle, explicite et inaltérable d’Allah ».

 

Quand nos autorités et nos universitaires affirment qu’il faut lutter contre la radicalisation par l’enseignement, il faudrait qu’ils réalisent que l’enseignement fidèle du Coran est en contradiction frontale avec cette lutte contre la radicalisation des jeunes.

 

 

 

VOUS AVEZ AIMÉ CET ARTICLE ?
S’abonner à notre newsletter.

En soumettant ce formulaire, j’accepte la politique de confidentialité

Articles en relation