Mes cinq préoccupations face aux défis de l’islam politique

L’islam politique (islamisme) représente aujourd’hui un véritable test de résistance pour tous les pays démocratiques et tous ceux qui aspirent à la liberté et à la démocratie.

Pour documenter mes propos, voici quelques événements récents qui ont fait les titres des journaux dans plusieurs pays européens et ont, à mon avis, un caractère préoccupant. Il n’est pas anodin de remarquer qu’ils ont, pour la plupart d’entre eux, un rapport avec le corps de la femme musulmane, corps que l’islam politique diabolise systématiquement.

A Grenoble, des femmes bravent l’interdiction du port du burkini dans une piscine publique

Dans une piscine publique de Grenoble, un groupe de femmes islamistes se sont baignées en burkini . Elles sont les instruments d’une campagne soigneusement organisée. Une telle manifestation serait difficilement concevable sans le soutien d’associations musulmanes. A Grenoble, comme à Lyon, de nombreuses mosquées tiennent un discours radical.

https://www.midilibre.fr/2019/06/26/operation-coup-de-poing-burkini-a-grenoble-elles-defient-linterdiction-a-la-piscine-municipale,8278334.php

Concernant cette affaire, voici quelques informations supplémentaires récentes. https://www.ojim.fr/burkini-a-grenoble-les-activistes-islamistes-ont-recu-le-soutien-financier-de-george-soros/?fbclid=IwAR2EO-iIjVVdZhhtjAFSl6k0Ov4k3zSIKJ4rooKjkwsKNuEgrNhCT8ef21Q

A Cologne, une exposition de photos de femmes en nikab a provoqué de très vives réactions

https://www.deutschlandfunk.de/schau-ueber-verschleierung-kritik-an-der-kunstfreiheit.691.de.html?dram:article_id=452044

Suite à la présentation publique des œuvres d’une photographe allemande, des femmes ex-musulmanes, majoritairement iraniennes, ont vivement protesté contre le thème de cette exposition. L’une d’elles, complètement nue et le corps couvert de sang, a exprimé toute la colère de ces femmes qui ont choisi de quitter leur pays pour échapper à ce qu’elles qualifient de « dictature religieuse ».

La vigoureuse protestation de ces femmes à été suivie de nombreuses expressions de soutien sur les réseaux sociaux (Facebook et Twitter) et a fait l’objet d’une grande médiatisation. Franziska Becker, caricaturiste allemande, a elle-même repris le sujet. Elle avait déjà réalisé une série de caricatures contre l’islam politique pour l’illustré féministe EMMA.

https://www.emma.de/artikel/erster-karikaturenstreit-336963

En réponse à ces protestation, des militantes islamistes s’en sont prises à Alice Schwarzer, rédactrice en chef d’EMMA et à Christine Schröter, professeur d’Université à Francfort, qu’elles ont traitées de tous les noms et qu’elles ont accusées de racisme parce qu’elles dénoncent l’imposition du port du voile.

https://taz.de/Kopftuchkonferenz-an-Uni-Frankfurt/!5590822/

Erdogan, hostile à la mixité

Soutenu par tous ceux qui ont récemment célébré, en Suisse et ailleurs, le 3ème anniversaire de son maintien au pouvoir – après la tentative de coup d’état de juillet 2016 – le Président Erdogan a exposé sa toute nouvelle idée : abolir la mixité dans les universités. Il aimerait qu’hommes et femmes soient séparés, alimentant à son tour cette obsession du corps de la femme musulmane. Rien d’étonnant à cela quand on sait qu’il ne reconnaît pas l’égalité homme-femme devant la loi. Cette même discrimination se retrouve dans la septantaine de mosquées turques de Suisse.

https://www.dw.com/de/erdogan-will-geschlechtertrennung-an-universitäten/a-49491479

https://www.rts.ch/info/monde/6328963-pour-le-president-turc-la-femme-n-est-pas-l-egale-de-l-homme.html

Les inquiétudes du gouvernement allemand face aux Frères musulmans

L’expansion et l’enracinement des Frères Musulmans en Allemagne est la grande préoccupation actuelle de la politique allemande. Le chef des services de renseignement allemand considère en effet leurs activités comme la menace la plus sérieuse contre la démocratie! En ex-RDA, par exemple, les « Frères » multiplient leurs achats de terrains pour y construire mosquées et « centres culturels »…  

En Suisse, en Autriche, en France et ailleurs,  les « Frères Musulmans » turcs – connus sous le nom de Milli Görüs – sont également très actifs. En Suisse, au moins une vingtaine de leurs mosquées coopèrent avec une cinquantaine de mosquées de Diyanet – mosquées turques officielles – ainsi qu’avec quelques mosquées des « Loups gris », un groupe fascisant. Ils entretiennent également de très bonnes relations avec les mosquées d’expression arabe et albanaise clairement islamistes.

Les deux articles suivants fournissent un bon aperçu des activités et de l’influence des « Frères Musulmans » en Europe :  

https://www.bpb.de/politik/extremismus/islamismus/286322/die-muslimbruderschaft

https://www.lepoint.fr/politique/exclusif-le-document-choc-sur-l-etat-face-a-l-islamisme-19-06-2019-2320017_20.php?fbclid=IwAR3W46HlNWC3TEH8xZ7AgiBMcpnIs4dgrnRsSS_pWfGQoPMtWMHTj_jxkb4#xtor=CS1-31

Retour des djihadistes de Syrie et d’Irak

Pour la première fois, le tribunal administratif de Berlin a jugé qu’il fallait rapatrier les familles de djihadistes

Il s’aligne ainsi sur la recommandation de l’ONU: https://www.france24.com/fr/20190624-onu-exige-rapatriement-proches-combattants-syrie-irak-jihadistes

Selon la source « Cicero », l’Allemagne aurait actuellement 62 djihadistes de nationalité allemande en Irak et en Syrie, dont 43 djihadistes-femmes auxquelles s’ajoutent 62 enfants.

https://www.cicero.de/innenpolitik/islamische-netzwerke-spd-muslime-muslimbruderschaft-islamismus/plus

Ces « rapatriés » constitueront un grand défi sécuritaire et thérapeutique. Comment leur trouver une place dans la société quand ces personnes ont été fanatisées et programmées pour la violence. La même question se pose pour la Suisse et tous les pays dont des ressortissants sont partis faire le « djihad ». Le reportage suivant aborde ce problème.

IS-Anhängerinnen heulen um ihre Rückkehr. Weil das Leben im Kalifat doch nicht so dufte war und der IS am Ende ist,…

Gepostet von Markus Hibbeler am Donnerstag, 11. Juli 2019

Résumé visuel de la stratégie des Frères musulmans pour islamiser une société, y prendre le pouvoir et fonder un état islamique (califat) gouverné par la charia.

VOUS AVEZ AIMÉ CET ARTICLE ?
S’abonner à notre newsletter.

En soumettant ce formulaire, j’accepte la politique de confidentialité

Articles en relation

Les mots sont aussi des armes

Le Dictionnaire Larousse vient d’accorder une victoire considérable aux islamistes. Il définit ainsi le mot islamophobie : hostilité envers l’Islam et les musulmans. On ne sait