Incitation à la haine et à la violence contre les Juifs, les chrétiens et les mécréants

Le Coran et l’islam prescrivent de ne pas aimer les chrétiens, les Juifs ou les païens polythéistes, ceci au seul motif de leur foi religieuse. Il faut les combattre, les conquérir et les soumettre. La guerre et la haine qui sont prescrites continuent d’être enseignées dans tous les instituts musulmans et toutes les écoles coraniques d’Europe.

 

Les chrétiens, les Juifs et les mécréants en général sont déshumanisés et traités de souillures ; ils sont pires que les animaux. En plus de cette impureté intrinsèque, ils sont décrits comme remplis de mauvais sentiments envers Allah et les musulmans. En conséquence, le Coran interdit aux musulmans de les prendre pour amis sincères ou proches et leur ordonne de les détester. À ces incitations à la haine, s’ajoute l’incitation au meurtre et à la violence. Le Coran prescrit explicitement la violence contre les chrétiens et les Juifs, non pas parce qu’ils auraient commis une agression contre les musulmans, mais uniquement en raison de leur foi religieuse : c’est la définition même du racisme. Cette incitation à la haine et à la violence est contraire à la Convention internationale sur l’élimination de toutes les formes de discrimination raciale.[1]

 

Cette convention prescrit le respect universel et effectif des Droits de l’homme et des libertés fondamentales pour tous, sans distinction de race, de sexe, de langue ou de religion, et le droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion (Article 5, VII). Ces principes sont confirmés dans les lois et les principes qui régissent le « vivre ensemble » en Suisse. L’Annexe 1 détaille les prescriptions de la Commission Fédérale contre le Racisme ainsi que les conditions que met le Canton de Vaud pour la reconnaissance des communautés religieuses. Les autorités suisses rappellent l’interdiction de toute forme de discrimination contraire aux Droits de l’homme et aux libertés fondamentales, ainsi que la propagation de toute doctrine visant à rabaisser ou à dénigrer une autre croyance ou les personnes qui se reconnaissent dans celle-ci.

 

Malheureusement, l’islam, en tant que doctrine, ne respecte pas ces principes fondamentaux. Les prescriptions coraniques et les Hadiths de Mahomet sont en opposition frontale avec les principes d’égalité et de fraternité. En toute impunité, ils sont enseignés aux musulmans depuis leur plus tendre enfance, mémorisés et récités en tant que Parole éternelle d’Allah.

Examinons les problèmes posés au « vivre ensemble » par les prescriptions instaurées contre les chrétiens, les Juifs et les mécréants. Analysons ces prescriptions musulmanes telles qu’elles sont établies dans le Coran.

 

Supériorité de la communauté musulmane sur le reste de l’humanité

 

Le Coran commence par préciser que les musulmans constituent la meilleure de toutes les communautés qui existent et que la majorité des chrétiens et des Juifs sont des pervers :

 

(S3, V110) : « Vous les musulmans, vous êtes la meilleure communauté qu’on ait fait surgir pour les hommes, vous ordonnez le convenable, vous interdisez le blâmable et croyez en Allah. Si les chrétiens et les Juifs qui ont déjà reçu l’Écriture (La Torah, les Psaumes et l’Évangile) avaient la foi (en l’islam), ce serait meilleur pour eux. Il y en a qui ont la foi (ceux qui reconnaissent Mahomet et se convertissent à l’islam), mais la plupart d’entre eux sont des pervers (parce qu’ils refusent de se convertir à l’islam) ».[2]

 

Mépris à caractère raciste envers les Juifs, les chrétiens et les mécréants

 

Le Coran confirme aux Juifs, traités de singes et de cochons, leur sort détestable et la pire des rétributions qu’ils auront auprès d’Allah :

 

(S5, V60) : « Ceux qu’Allah a maudits, ceux qui ont encouru sa colère, et ceux dont Il a fait des singes, des cochons. Ceux-là ont la pire des places et sont les plus égarés du chemin droit. »[3]

Les Juifs et les chrétiens (qui rendent un culte au Père, au Fils et au Saint Esprit) sont considérés comme des associateurs :

 

(S9, V31) : « Ils ont pris leurs rabbins et leurs moines, ainsi que le Christ, fils de Marie, comme Seigneurs en dehors d’Allah, alors qu’on ne leur a commandé que d’adorer un Dieu unique. Pas de divinité à part Lui ! Gloire à Lui ! Il est au-dessus de ce qu’ils (Lui) associent. »

 

Parce qu’ils sont associateurs, les chrétiens et les Juifs sont considérés comme les pires créatures :

 

(S98, V6) : « Les infidèles parmi les chrétiens et les Juifs qui ont reçu les Écritures (Torah, Psaumes et Évangile), ainsi que ceux qui parmi eux associent à Allah d’autres divinités (comme Jésus, le Fils de Dieu et le Saint Esprit) iront au feu de l’Enfer, pour y demeurer éternellement. De toute la création, ce sont eux les pires des créatures. »

 

Le Coran justifie l’anéantissement des chrétiens parce qu’ils affirment que Jésus est le Fils de Dieu :

 

(S9, V30) : « Les chrétiens disent : “Le Christ est fils de Dieu”. Telle est leur parole provenant de leurs bouches. Ils imitent le dire des mécréants avant eux. Qu’Allah les anéantisse ! Comment osent-ils s’écarter (de la vérité) ? »

 

Le Coran prononce la malédiction contre les chrétiens, parce qu’il les accuse d’avoir trahi leur engagement envers Dieu :

 

(S5, V14) : « Et de ceux qui disent : “Nous sommes chrétiens”, Allah a pris leur engagement. Mais ils ont oublié une partie de ce qui leur a été rappelé. Allah a donc suscité entre eux l’inimitié et la haine jusqu’au Jour du Jugement Dernier. »

 

Les chrétiens ne sont que souillures :

 

(S9, V28) : « Ô vous (musulmans) qui croyez ! (Sachez que) les associateurs ne sont que souillures. »

 

Le Coran prononce la malédiction éternelle envers tous les infidèles :

 

(S33, V64-65) : « Allah a maudit les infidèles et leur a préparé une fournaise pour qu’ils y demeurent éternellement, sans trouver ni alliés ni secoureur. »

 

(S2, V161) : « Ceux qui ne croient pas et meurent mécréants recevront la malédiction d’Allah, des anges et de tous les hommes. »

 

Les infidèles sont déshumanisés

 

Les infidèles dans leur ensemble sont qualifiés de pires animaux :

 

(S8, V55) : « Les pires bêtes, auprès d’Allah, sont ceux qui ont été mécréants et qui refusent toujours de croire (en Allah et en Mahomet). »

 

Le mécréant qui refuse l’islam est considéré comme un chien :

 

(S7, V176) : « (L’infidèle) est semblable à un chien qui halète si tu l’attaques, et qui halète aussi si tu le laisses. Tel est l’exemple des gens qui traitent de mensonges nos signes. »

 

(S7, V176-177) : « (Les mécréants) ont des cœurs, mais ne comprennent pas. Ils ont des yeux, mais ne voient pas. Ils ont des oreilles, mais n’entendent pas. Ceux-là sont comme les bestiaux, même plus égarés encore. »

 

(S25, V44) : « Pensez-vous que la plupart des infidèles entendent ou comprennent ? Ils ne sont en vérité comparables qu’à des bestiaux. Ou plutôt, ils sont plus égarés encore du sentier. »

 

(S47, V12) : «…Et ceux qui refusent de croire en l’islam vivent et mangent comme mangent les bestiaux ; et le feu sera leur lieu de séjour. »

 

Le Coran interdit aux musulmans d’avoir de l’amour ou de l’amitié sincère pour les chrétiens, les Juifs et les mécréants

 

Allah précise qu’il n’aime pas les mécréants :

 

(S3, V32) : « Obéissez à Allah et au Messager. Et si vous tournez le dos, alors Allah n’aime pas les infidèles. »

 

(S30, V45) : « (Allah) récompense par sa grâce ceux qui croient et accomplissent les bonnes œuvres. En vérité, Il n’aime pas les infidèles».

 

En revanche, Allah aime ceux qui combattent pour tuer dans son chemin :

 

(S61, V4) : « Allah aime ceux qui combattent pour tuer dans son chemin en rang serré, pareils à une muraille renforcée».

 

Allah informe les musulmans que les mécréants sont remplis de mauvais sentiments envers eux. En effet, les Juifs et les chrétiens n’ont qu’un seul but : détourner le musulman de sa religion :

 

(S2, V120) : «Ni les Juifs, ni les chrétiens ne seront jamais satisfaits de toi, jusqu’à ce que tu suives leur religion … »

 

Ces mêmes chrétiens et Juifs ne cherchent qu’à obstruer la voie juste et droite prescrite par Allah dans le Coran :

 

(S3, V99) : « Ô gens du Livre (chrétiens et Juifs), pourquoi obstruez-vous la voie d’Allah à celui qui a la foi, et pourquoi voulez-vous rendre cette voie tortueuse, alors que vous êtes témoins de la vérité ! Et Allah n’est pas inattentif à ce que vous faites. »

 

Ils cherchent à égarer les musulmans :

 

(S2, V109) : « Nombre de gens du Livre (chrétiens et Juifs) aimeraient par jalousie de leur part, pouvoir vous rendre mécréants après que vous ayez cru. »

 

(S3, V69) : « Une partie des gens du Livre auraient bien voulu vous égarer. Or ils n’égarent qu’eux-mêmes, et ils n’en sont pas conscients. »

 

Allah décrit les mécréants, les chrétiens et les Juifs comme des êtres jaloux qui ne veulent que le mal pour le musulman. Le Coran les considère comme les pires ennemis des musulmans parce qu’ils sont fondamentalement pervers et remplis de haine envers les fidèles d’Allah :

 

(S5, V82) : « Tu trouveras certainement que les Juifs et ceux qui associent d’autres divinités au seul Allah (les chrétiens) sont les ennemis les plus acharnés des croyants. »

 

(S2, V105) : « Ni les mécréants parmi les gens du Livre, ni ceux qui associent d’autres divinités au seul

Allah, n’aiment qu’on fasse descendre sur vous un bienfait de la part de votre Seigneur, alors qu’Allah réserve à qui Il veut sa Miséricorde. Et c’est Allah le Détenteur de l’abondante grâce. »

 

(S3, V118-120) : « Ô croyants, ne prenez pas de confidents en dehors de vous-mêmes : les infidèles ne failliront pas à vous bouleverser. Ils souhaiteraient que vous soyez en difficulté. La haine certes s’est manifestée dans leurs bouches, mais ce que leurs poitrines cachent est encore plus énorme. Vous, (Musulmans) vous les aimez, alors qu’ils ne vous aiment pas… »

 

(S2, V99) : « Et très certainement Nous avons fait descendre vers toi des signes évidents (les versets du Coran). Et seuls les pervers n’y croient pas. »

 

En conséquence, le Coran ordonne aux musulmans de ne pas prendre pour amis sincères, confidents ou alliés proches, les chrétiens et les Juifs qui sont désignés d’une manière explicite :

 

(S5, V51) : « Ô croyants (musulmans) ! Ne prenez pas pour amis sincères (proches ou confidents) les Juifs et les chrétiens ; ils sont amis les uns des autres. Et celui d’entre vous qui les prend pour alliés, devient un

des leurs. Allah ne guide certes pas les gens injustes. »

 

Le Coran instaure la haine et l’inimité entre les musulmans et l’ensemble des mécréants :

 

(S60, V4) : (Adressez-vous ainsi aux infidèles) : « Nous vous désavouons, vous et ce que vous adorez en dehors d’Allah. Nous vous renions. Entre vous et nous, l’inimitié et la haine sont à jamais déclarées

jusqu’à ce que vous croyiez en Allah, seul. »

 

Au sujet de ses ennemis qui refusent l’islam comme religion, Allah prescrit :

 

(S60, V1) : « Ô vous (musulmans) qui avez cru ! Ne prenez pas pour proches (ou amis) mon ennemi et le vôtre, leur offrant l’amitié, alors qu’ils ont nié ce qui vous est parvenu de la vérité. »

 

(S8, V73) : « Et ceux qui n’ont pas cru sont alliés les uns des autres. Si vous n’agissez pas ainsi (en rompant les liens avec les infidèles), il y aura discorde et grand désordre sur Terre. »

 

(S9, V23) : « Ô vous les croyants ! Ne prenez pas pour alliés (ou amis), vos pères et vos frères s’ils préfèrent l’incroyance à la foi. Et quiconque parmi vous les prend pour alliés… ceux-là sont les injustes. »

 

(S58, V22) : « Tu n’en trouveras pas, parmi les gens qui croient en Allah et au Jour dernier, qui prennent pour amis ceux qui s’opposent à Allah et à Son Messager, fussent-ils leurs pères, leur fils, leurs frères ou les gens de leur tribu. »

 

Le musulman doit utiliser la taqiyat quand il vit dans un pays où l’islam ne gouverne pas

 

Le Coran demande au musulman de détester les non-musulmans. Mais comment le musulman doit-il se comporter dans un pays où l’islam ne gouverne pas ? Le Coran lui donne une solution : la taqiyat, ou l’art de la dissimulation.

 

Ce précepte de la dissimulation, du mensonge et de la traitrise, est autorisé pour deux raisons principales :

 

1) la sécurité personnelle et 2) la nécessité de faire progresser l’islam.

 

(S3, V28) : « Que les croyants ne prennent pas pour alliés ou amis des infidèles, au lieu de croyants.

Quiconque le fait contredit la religion d’Allah, à moins que vous ne cherchiez à vous protéger d’eux par la Taqiyat (mensonge légal). Allah vous met en garde à l’égard de Lui-même. »

 

De manière unanime, les exégètes musulmans (Ibn Khathir, Tabari, Qurtubi …) expliquent ainsi la signification de ce verset : celui qui prend comme amis les infidèles sera rejeté par Allah. Il y a une exception importante : « les croyants qui craignent pour leur sécurité quand ils vivent dans des pays mécréants. Dans ce cas, ces croyants sont autorisés à utiliser la Taqiyah, en montrant l’amitié aux mécréants par la langue, mais jamais par le cœur ».

 

Dans son recueil des Hadiths de Mahomet, qui fait autorité dans l’ensemble de l’islam sunnite, Bukhari rapporte ceci : « Nous sourions en face, mais nos cœurs les maudissent. »[4] Dans ce même recueil, Bukhari rapporte cette prescription de Mahomet : « La guerre est traitrise ».[5] Il précise également que : « La Taqiyat ou mensonge légal, est autorisée jusqu’au Jour du Jugement dernier ».[6]

 

Le Coran ordonne la guerre contre les mécréants au seul motif de leur religion

 

Le Coran ne se contente pas de mépriser les Juifs et les chrétiens, il ordonne de les combattre jusqu’à ce qu’ils acceptent la domination islamique, après s’être humiliés.

 

L’islam attaque les chrétiens, les Juifs et les pratiquants d’autres religions, au seul motif qu’ils ne reconnaissent pas qu’Allah est le seul Dieu et que Mahomet est son Prophète, et qu’ils n’appliquent pas les prescriptions de l’islam.

 

Ceux-ci n’ont le choix qu’entre la conversion à l’islam ou la mort.

 

(S9, V5) : « … Tuez ceux qui associent d’autres divinités au seul Allah (les chrétiens) où que vous les trouviez. Capturez-les, assiégez-les et guettez-les dans toute embuscade. Si ensuite ils se repentent (en se convertissant à l’islam), accomplissent la Salat (la prière musulmane) et acquittent la Zakat (l’impôt musulman), alors laissez-leur la voie libre, car Allah est Pardonneur et Miséricordieux. »

 

(S9, V14) : « Combattez-les. Allah, par vos mains, leurs infligera le supplice, les couvrira d’ignominie, vous donnera la victoire sur eux et guérira les poitrines d’un peuple croyant (de la haine qu’ils ont envers les infidèles). »

 

Allah ordonne à ses fidèles de combattre les mécréants où qu’ils se trouvent :

 

(S9, V123) : « Ô vous qui croyez ! Combattez ceux des mécréants qui sont près de vous; et qu’ils trouvent de la dureté en vous. Et sachez qu’Allah est avec les pieux. »

Allah ordonne à ses fidèles de ne pas demander la paix quand ils sont les plus forts :

 

(S47, V35) : « Ne faiblissez donc pas et n’appelez pas à la paix alors que vous êtes les plus hauts, Allah est avec vous et Il ne vous frustrera jamais (du mérite) de vos œuvres. »

 

Les chrétiens et les Juifs doivent accepter la colonisation de leur pays ainsi que leur statut d’êtres humains inférieurs devant les maîtres musulmans. Ce statut d’infériorité est appelé  » la dhimmitude » :

 

(S9, V29) : « Combattez ceux qui ne croient ni en Allah ni au Jour dernier, qui n’interdisent pas ce qu’Allah et Son messager (Mahomet) ont interdit et qui ne professent pas la religion de la vérité (l’islam), parmi les chrétiens et les Juifs qui ont reçu les Écritures (c’est-à-dire la Torah, les Psaumes et l’Évangile), jusqu’à ce qu’ils versent la capitation de leurs propres mains, après avoir accepté l’humiliation. »

 

Ce verset justifie l’invasion et la colonisation des pays chrétiens, telle qu’elle a été déclenchée par Mahomet et poursuivie par ses disciples et successeurs, les Califes Abu Bakr, Omar et Uthman.

Cette politique de conquête a été poursuivie jusqu’au 20e siècle par le Califat musulman. À titre d’exemple, on peut citer la conquête par les armées musulmanes du Moyen-Orient (Palestine, Syrie, Mésopotamie), de l’Egypte, de l’Afrique du Nord ou de l’Espagne au 8e siècle. Tous ces pays étaient majoritairement chrétiens. On rappellera également la colonisation de la Grèce et des Balkans ainsi que le siège de Vienne par le Califat ottoman entre le 15e et le 19e siècle.

 

Le Coran ordonne que l’islam soit la religion qui triomphe sur toutes les autres religions :

 

(S9, V32) : « Les infidèles veulent éteindre avec leurs bouches la lumière d’Allah, alors qu’Allah veut faire briller Sa lumière, quelque répulsion qu’en aient les mécréants. »

 

(S9, V33) : « C’est Allah qui a envoyé Son messager Mahomet avec la bonne direction et l’islam, la religion de la vérité, afin qu’elle triomphe sur toutes les autres religions. »

Allah ordonne à Mahomet d’annoncer aux mécréants leur défaite totale :

 

(S3, V12) : « Dis à ceux qui ne croient pas : « Vous serez vaincus bientôt ; et vous serez rassemblés vers l’Enfer. Et quel mauvais endroit pour se reposer ! »

 

Le combat

 

Deux versets sont importants pour mieux comprendre ce qu’est réellement le combat :

 

1) Le combat est une prescription

 

La prescription du combat figure dans la Sourate 2. Le terme utilisé, Qital, signifie le combat pour tuer et la possibilité pour celui qui combat de se faire tuer. Sur ce point, il n’existe aucun doute. Il y a consensus chez tous les savants musulmans, quelle que soit leur tendance :

 

(S2, V216) : « Le combat vous a été prescrit alors qu’il vous est désagréable. Or, il se peut que vous ayez de l’aversion pour une chose alors qu’elle vous est un bien. Et il se peut que vous aimiez une chose alors qu’elle vous est mauvaise. C’est Allah qui sait, alors que vous ne savez pas. »

 

Dans ce verset, Allah prescrit le combat de la même manière qu’il prescrit ailleurs le jeûne du Ramadhan. Il n’y a aucun doute possible : on ne peut pas dire que le jeûne du Ramadhan est prescrit en tout temps et en tout lieu, alors que le combat ne serait prescrit que dans un contexte limité dans le temps et dans l’espace.

On soulignera cet élément très important : le verset qui prescrit le combat se termine ainsi : « Allah sait et vous ne savez pas ». C’est clair! Allah commande au musulman de ne pas se poser de question. Seul Allah

 

possède la connaissance, et le croyant ne peut savoir ce qui justifie la prescription du combat.

 

2) Le combat est un pacte éternel entre Allah et les croyants

 

Le second verset concerne le cadre de la prescription du combat.

 

(S9, V111) : « Certes, Allah a acheté des croyants, leurs âmes et leurs biens ; en contrepartie, Il leur donne le Paradis. Ils doivent combattre dans le sentier d’Allah : ils tuent et ils se font tuer. C’est une promesse authentique qu’Il a prise sur Lui-même dans la Thora, l’Évangile et le Coran. Et qui est plus fidèle qu’Allah à son Pacte (ou engagement)? Réjouissez-vous donc de l’échange que vous avez fait : Et c’est là une réussite suprême (un très grand succès) pour vous. »

 

Examinons ce verset en détail. Allah achète au croyant son âme. Cette âme est le don le plus précieux que l’être humain ait reçu. Allah demande au croyant de lui vendre non seulement son âme, mais aussi les biens qu’il possède, fruits de son travail. En contrepartie, Allah promet au croyant l’accès garanti au Paradis.

 

Allah précise au croyant qu’en vendant son âme et ses biens, celui-ci s’engage ainsi à combattre dans le chemin d’Allah. Et pour qu’il n’y ait aucun doute sur la nature de ce combat, Allah précise au croyant qu’il doit tuer et accepter aussi de se faire tuer. C’est explicite et aucun doute ne peut être émis sur cette prescription. C’est la Parole d’Allah, et quiconque déforme cette Parole se désavoue lui-même.

Et pour souligner l’importance de cette prescription, Allah précise que ces paroles sont prononcées dans le cadre d’une promesse pour laquelle Il s’engage lui-même. Les termes utilisés sont d’une très grande force : « la promesse qu’Il a prise sur lui-même en vérité » ! Le verset affirme que cette promesse a été faite dans ce que l’islam considère comme les trois livres révélés : la Torah, l’Évangile et le Coran. Ainsi, cette promesse est éternelle. Allah s’est engagé par cette promesse avant la création du monde, puisque le Coran est considéré dans l’islam comme la « Parole incréée, explicite, éternelle et inaltérable d’Allah».

 

La suite du verset est d’une importance capitale, puisqu’elle pose la question suivante : « Qui est plus fidèle qu’Allah à son pacte ou engagement ? » Il s’agit donc d’un pacte entre le Dieu de l’islam et ses fidèles.

 

La fin du verset demande aux croyants de se réjouir de ce contrat qu’ils ont établi avec Allah. Ce pacte constitue la réussite suprême.

 

On peut constater que les commandements du combat dans le Coran ne sont pas liés à un contexte limité dans le temps et l’espace. Ils sont éternels. Ils sont valables en tout lieu et en tout temps, puisqu’il s’agit d’un pacte et d’une promesse d’Allah. De plus, ce verset a une importance capitale. C’est le seul endroit du Coran où Allah garantit à celui qui meurt dans le Jihad l’entrée au Paradis, sans jugement, ni épreuve du tombeau. Même le Prophète Mahomet lui-même n’avait pas reçu cette garantie et demandait à son entourage de prier pour lui.

 

Aucun théologien musulman ne peut affirmer qu’Allah a rompu son pacte et trahi sa promesse. Cela constituerait un très grand péché envers Allah, un acte très grave qui relève du blasphème et de l’apostasie.

Le Coran ordonne à tous les musulmans de ne dire que la vérité sur Allah. Et ce même Coran affirme qu’Allah ne trahit jamais sa promesse.

 

Paroles de Mahomet sur la guerre et le terrorisme

 

Mahomet, à travers ses paroles (Hadiths), explique la manière dont il faut interpréter les versets du Coran qui ordonnent la guerre contre les infidèles au seul motif de leur croyance religieuse.

 

Parmi les nombreuses paroles de Mahomet, on retiendra deux Hadiths très importants :

« On (Allah) m’a accordé la victoire par la terreur que j’inspire à une distance d’un mois de marche. On (Allah) m’a donné les clés des trésors de la Terre et on les a mis entre mes mains. »[7]

« Il m’a été ordonné de combattre les gens jusqu’à ce qu’ils déclarent qu’il n’y a d’autres divinités qu’Allah et que Muhammad est Son Messager, qu’ils accomplissent la prière et s’acquittent de la Zakât (aumône obligatoire). S’ils s’y conforment, ils préserveront de moi leur vie et leurs biens, sauf infraction punie par l’Islam. Il appartient ensuite à Allah de les juger. »[8]

 

Mahomet affirmait avec fierté :

« Par celui qui détient mon âme entre ses mains ! Je ne suis venu à vous qu’avec l’égorgement ! Et il a fait le signe de la main sous la gorge. » (Sirat d’Ibn Ishaq et Ibn Hisham)

Ces paroles de Mahomet montrent que le précepte du Jihad est basé sur la terreur. Il faut non seulement combattre les infidèles, mais il est nécessaire d’inspirer la terreur dans le but d’annihiler toute résistance, conformément à ce verset du Coran :

 

(S8, V60) : « Et préparez contre eux tout ce que vous pouvez comme force et comme cavalerie équipée, afin de terroriser l’ennemi d’Allah et le vôtre, et d’autres encore que vous ne connaissez pas en dehors de ceux-ci mais qu’Allah connaît. Et tout ce que vous dépensez dans le sentier d’Allah vous sera remboursé pleinement et vous ne serez point lésés. »

 

Mahomet représente le modèle parfait que tout musulman se doit d’imiter jusqu’au Jour du Jugement dernier :

 

(S33, V21) : « En effet, vous avez dans le Prophète (Mahomet) un excellent modèle, pour quiconque espère en Allah et au Jour dernier et invoque Allah fréquemment. »

 

Conclusion

 

Il paraît très important de mener un débat d’idées sur les préceptes de violence et de haine raciste dans le Coran et la Sunna de Mahomet. Il est nécessaire que nous aboutissions à une attitude commune dans notre analyse des textes fondateurs de l’islam.

 

 

Notes:

[1] http://www.ohchr.org/FR/ProfessionalInterest/Pages/CERD.aspx

[2] Dans tout le document, seul le texte en italique se trouve dans le Coran

[3] Voir vidéo, annexe 2 A

[4] L’authentique, Livre 78 : la politesse et des bonnes manières, Hadith 82

[5] Livre 56 : Le Djihad et le combat dans le chemin d’Allha, Hadith 157

[6] Livre de la coercition

[7] Recueil de Sahihe Al Boukhari : Livre du Jihad, Hadith numéro 122

[8] Recueil de Sahihe Al Boukhari : Livre de la foi, Hadith numéro 17

 

VOUS AVEZ AIMÉ CET ARTICLE ?
S’abonner à notre newsletter.

En soumettant ce formulaire, j’accepte la politique de confidentialité

Articles en relation