Coran : « Parole incréée, éternelle, inaltérable et explicite d’Allah »

L’islam affirme que le Coran laisse très peu de marge à l’interprétation humaine et à une lecture non littéraliste. Les éléments importants qui instaurent cette prescription majeure, figure dans le Coran lui-même. Le Coran est la Parole incréée, éternelle, explicite et inaltérable d’Allah.

 

Le Coran existait auprès d’Allah de toute éternité. Il est la Parole d’Allah faite Livre. Il a été descendu (révélé) depuis le ciel par l’Ange Gabriel qui l’a dicté à Mahomet.

 

(S26, V192-195) : « Ce (Coran) ci, c’est le Seigneur de l’univers qui l’a fait descendre, et l’Esprit fidèle (l’Ange Gabriel) est descendu avec cela sur ton cœur, pour que tu sois du nombre des avertisseurs, en une langue arabe très claire. »

 

Le Prophète de l’islam avait pour ordre de réciter le Coran et de l’appliquer dans ce monde. Avec ses compagnons et disciples, il était chargé par Allah de diffuser cette Parole et de mettre en application les préceptes contenus dans cette Parole, sur l’ensemble de la planète.

Allah a gardé auprès de Lui le Coran éternel, écrit sur les Tablettes préservées :

 

(S43, V2-5) : « Par le Livre explicite ! Nous en avons fait un Coran arabe afin que vous raisonniez. Il est auprès de Nous, dans l’écriture-Mère (l’original du ciel), sublime et rempli de sagesse. »

 

Ceci implique que le Coran que possède le monde musulman est exactement le même, à la virgule près, sur l’ensemble de la planète. Il ne peut être lu et récité que dans la langue arabe, pour qu’il n’y aucun risque de divergence dans la traduction.

 

Le Coran a été révélé à un Prophète et à un peuple d’illettrés ne possédant aucun livre

 

L’ensemble des musulmans sont d’accord sur le fait : La première fois que Mahomet voit l’Ange Gabriel, celui-ci lui ordonna : « Lis ! » et Mahomet répondit : « Je ne sais pas lire. » Le Coran comme l’histoire et l’archéologie confirme que les Arabes ne possédaient pas de livre et qu’ils n’avaient qu’une écriture très archaïque et défectueuse. Il n’y avait ni voyelles, ni signe qui pouvaient différencier beaucoup de consonnes. Les seuls livres qui existaient étaient la Thora, les Psaumes et l’Evangile.

 

Le Coran confirme le fait que les arabes et le Prophète Mahomet ne savaient pas lire ces Livres

 

(S7, V157-158) : « Ceux qui suivent le Messager, le Prophète illettré qu’ils trouvent écrit (mentionné) chez eux dans la Thora et l’Evangile. Il leur ordonne le convenable, leur défend le blâmable, leur rend licites les bonnes choses, leur interdit les mauvaises, et leur ôte le fardeau et les jougs qui étaient sur eux. Ceux qui croiront en lui, le soutiendront, lui porteront secours et suivront la lumière descendue avec lui ; ceux-là seront les gagnants…  

Croyez donc en Allah, en Son messager, le Prophète illettré qui croit en Allah et en Ses paroles. Et suivez-le afin que vous soyez bien guidés. »

 

(S3, V20) : « S’ils te contredisent, dis-leur : “Je me suis entièrement soumis à Allah, moi et ceux qui m’ont suivi”. Et dis à ceux à qui le Livre a été donné, ainsi qu’aux illettrés : “Avez-vous embrassé l’Islam ? ” S’ils embrassent l’Islam, ils seront bien guidés. Mais, s’ils tournent le dos… Ton devoir n’est que la transmission (du message). Allah, sur [Ses] serviteurs est Clairvoyant. »

 

(S68, V1-5) : « Ce qui est dans les cieux et ce qui sur la terre glorifient Allah, le Souverain, le Pur, le Puissant, le Sage. C’est Lui qui a envoyé à des gens sans Livre (les Arabes) un Messager des leurs qui leur récite Ses versets, les purifie et leur enseigne le Livre et la Sagesse, bien qu’ils étaient auparavant dans un égarement évident, ainsi qu’à d’autres parmi ceux qui ne les ont pas encore rejoints. C’est Lui le Puissant, le Sage. Telle est la grâce d’Allah qu’Il donne à qui Il veut. Et Allah est le Détenteur de l’énorme grâce. Ceux qui ont été chargés de la Thora mais qui ne l’ont pas appliquée sont pareils à l’âne qui porte des livres. Quel mauvais exemple que celui de ceux qui traitent de mensonges les versets d’Allah et Allah ne guide pas les gens injustes. »

 

Le Coran donne aux juifs et aux chrétiens le nom de « Gens du Livre » pour bien signifier que les Arabes n’avaient pas de livres

 

(S10, V37) : « Ce Coran n’est nullement à être forgé en dehors d’Allah mais c’est la confirmation de ce qui existait déjà avant lui, et l’exposé détaillé du Livre en quoi il n’y a pas de doute, venu du Seigneur de l’Univers. »

 

Pour comprendre le Coran, le Prophète Mahomet ainsi que ses compagnons ou disciples n’avaient pas besoin de connaitre les autres livres. Tout est contenu dans le Coran :

 

(S16, V89) : « Et Nous avons fait descendre sur toi le Livre, comme un exposé explicite de toute chose, ainsi qu’un guide, une grâce et une bonne annonce à ceux qui se soumettent (à Allah). »

 

Ils n’avaient pas besoin de lettrés, de savants, de sages ou de ceux qui connaissent les livres antérieurs, pour comprendre le Coran.

Les musulmans n’ont même pas besoin de connaitre la Bible :

 

(S5, V15) : « ô gens du Livre (chrétiens et juifs) ! Notre Messager (Muhammad) vous est certes venu, vous exposant beaucoup de ce que vous cachiez du Livre, et passant sur bien d’autres choses ! Une lumière et un Livre explicite vous sont certes venus d’Allah ! »

 

S’ils veulent comprendre la signification exacte des versets coranique, ils leur suffit d’écouter ce que Mahomet a dit dans ses Hadiths :

 

(S33,21) : « En effet, vous avez dans le Messager d’Allah un excellent modèle [à suivre], pour quiconque espère en Allah et au Jour dernier et invoque Allah fréquemment. »

 

Mahomet ne parle jamais sans être inspiré par Allah qui lui envoie l’Ange Gabriel :

 

(S53, V3-6) : « Mahomet ne prononce rien sous l’effet de la passion ; ce qu’il dit n’est rien d’autre qu’une révélation inspirée, que lui a enseigné [l’Ange Gabriel] à la force prodigieuse et doué d’une grande sagesse. »

 

Le Coran est composé de versets dont la signification est claire, unique, ne laissant aucun risque de divergence.

Si on entend par interprétation le fait de comprendre de plusieurs manières la signification des versets coranique, alors cette interprétation est clairement condamnée par le Coran :

 

(S39, V82) : « Ne méditent-ils donc pas sur le Coran ? S’il provenait d’un autre qu’Allah, ils y trouveraient certes maintes divergences de compréhension et sources de désaccord (dans la signification des versets et dans leur interprétation) ! »

 

(S39, V27) : « Nous avons, dans ce Coran, cité pour les gens des exemples de toutes sortes afin qu’ils se souviennent. Un Coran [en langue] arabe, dénué de tortuosité, afin qu’ils soient pieux ! »

 

Le Coran ne laisse aucune place au doute

 

(S2, V2) : « C’est le Livre au sujet duquel il n’y a aucun doute, c’est un guide pour les pieux. »

 

Si on entend par interprétation, le fait de comprendre la signification des versets, alors cette interprétation à été donnée par Mahomet lui-même et ses disciples. Pour connaître cette interprétation, il faut lire les paroles de Mahomet dans les recueils de Hadiths authentiques.

 

La seule attitude du musulman fidèle, quand Allah instaure ses prescriptions dans le Coran, et que Mahomet les a appliquées dans le premier Etat islamique, c’est de dire : « J’ai entendu et j’obéis. »

 

(S24, V46-51) : « Nous avons certes fait descendre des versets explicites. Et Allah guide qui Il veut vers un droit chemin. Et ils disent : “Nous croyons en Allah et au messager et nous obéissons”. Puis après cela, une partie d’entre eux fait volte-face. Ce ne sont point ceux-là les croyants. Et quand on les appelle vers Allah et Son messager (Mahomet) pour que celui-ci juge parmi eux, voilà que quelques-uns d’entre eux s’éloignent. Mais s’ils veulent avoir le droit en leur faveur, ils viennent à Mahomet avec soumission. Y-a-t-il une maladie dans leurs cœurs ? Ou doutent-ils ? Ou craignent-ils qu’Allah ainsi que Son messager (Mahomet) les oppriment ? Non ! … mais ce sont eux les injustes. La seule parole des croyants, quand on les appelle vers Allah et Son messager, pour que celui-ci juge parmi eux, est : “Nous avons entendu et nous avons obéi”. Et voilà ceux qui réussissent. Et quiconque obéit à Allah et à Son messager, et craint Allah et Le redoute… alors, voilà ceux qui réussissent et récoltent le succès. »

 

Le Coran est révélé dans une langue arabe claire et explicite

 

Dans le Coran, Allah insiste à maintes reprises, sur le fait que les versets et les prescriptions coraniques qu’Il a révélés à son Prophète Mahomet, sont explicites et d’une grande clarté. Ils ne nécessitent pas d’autres explication ou d’autres explications en dehors de celles données par Mahomet dans ses dires (les Hadiths) et ses actes (la Sirat).

 

(S7, V52) : « Nous leurs avons, certes, apporté un Livre dont Nous avons détaillé les versets, en toute connaissance, à titre de guide et de miséricorde pour les gens qui croient. »

 

(S11, V1) : « C’est un Livre dont les versets sont parfaits en style et en sens, émanant d’un Sage, Parfaitement Connaisseur. »

 

(S12, V1) : « Tels sont les versets du Livre explicite. »

 

(S15, V1) : « Voici les versets du Livre qui sont d’une Lecture explicite. »

 

Il ne m’est donc pas possible de faire plusieurs lectures du Coran.

 

(S27, V1-3) : « Voici les versets du Coran et d’un Livre explicite, un guide et une bonne annonce aux croyants, qui accomplissent la Salat, acquittent la Zakat et croient avec certitude en l’au-delà. »

 

(S26, V2) : « Voici les versets du Livre explicite. »

 

(S28, V2) : « Voici les versets du Livre explicite. »

 

(S41, V2-4) : « C’est une Révélation descendue de la part du Tout Miséricordieux, du Très Miséricordieux. Un Livre dont les versets sont détaillés (et clairement exposés), un Coran [lecture] arabe pour des gens qui savent (que c’est Allah qui l’a révélé), annonciateur d’une bonne nouvelle et avertisseur. Mais la plupart d’entre eux se détournent ; c’est qu’ils n’entendent pas. »

 

La Parole d’Allah est éternelle et inaltérable

 

Le Coran précise d’une manière générale qu’il n’y aura aucun changement à la Parole d’Allah et aux prescriptions qu’Il a instaurées dans le Coran.

 

(S17, V77) : « Telle fut la règle appliquée par Nous à Nos messagers que nous avons envoyés avant toi. Et tu ne trouveras pas de changement en Notre règle. »

 

(S48, V20-23 et 28) : « Allah vous promet un autre butin que vous ne seriez jamais capables de remporter et qu’Allah a embrassé en Sa puissance, car Allah est Tout-puissant. Si ceux qui ont mécru vous combattent, ils se détourneront, certes ; puis ils ne trouveront ni allié ni secoureur. Telle est la règle d’Allah appliquée aux générations passées. Et tu ne trouveras jamais de changement à la règle d’Allah.

C’est Lui qui a envoyé Son messager avec la guidée et la religion de vérité [l’Islam] pour la faire triompher sur toute autre religion. Allah suffit comme témoin. »

 

Quand le Coran établit une prescription d’une manière explicite, il rappelle souvent le principe général qu’il n’y aura aucun changement, ni aucune modification, ni aucune déviation dans la Parole d’Allah.

 

(S33, V60-62) : « Certes, si les hypocrites, ceux qui ont la maladie au cœur, et les alarmistes [semeurs de troubles] dans la ville, ne cessent pas, Nous t’inciterons contre eux, et alors, ils n’y resteront que peu de temps en ton voisinage. Ce sont des maudits. Où qu’on les trouve, ils seront pris et tués impitoyablement : Telle était la loi établie par Allah envers ceux qui ont vécu auparavant et tu ne trouveras pas de changement dans la loi d’Allah. »

 

(S35, V42-43) : « Quand un avertisseur (Mahomet) leur est venu, cela n’a fait qu’accroître leur répulsion. Par orgueil sur terre et par manœuvre perfide. Cependant, la manœuvre perfide n’enveloppe que ses propres auteurs. Attendent-ils donc un autre sort que celui des Anciens ? Or, jamais tu ne trouveras de changement dans la règle d’Allah, et jamais tu ne trouveras de déviation dans la règle d’Allah. »

 

(S10, V63-64) : « Ceux qui croient et qui craignent Allah, Il y a pour eux une bonne annonce dans la vie d’ici-bas tout comme dans la vie ultime. Et Il n’y aura pas de changement aux paroles d’Allah. Voilà l’énorme succès. »

 

L’allégeance à Allah et à Mahomet et l’obéissance aux prescriptions coraniques

 

On peut citer une liste de versets qui exigent, en divers circonstance, la stricte obéissance du fidèle musulman à Allah et à son Prophète Mahomet.

 

(S33, V6) : « Le Prophète a plus de droit sur les croyants qu’ils n’en ont sur eux-mêmes. »

 

(S48, V10) : « Ceux qui te prêtent serment d’allégeance ne font que prêter serment à Allah : la main d’Allah est au-dessus de leurs mains. Quiconque viole le serment, ne le viole qu’à son propre détriment ; et quiconque remplit son engagement envers Allah, Il lui apportera bientôt une énorme récompense. »

 

(S24, V51-52) : « La seule parole des croyants, quand on les appelle vers Allah et Son messager, pour que celui-ci juge parmi eux, est : “Nous avons entendu et nous avons obéi”. Et voilà ceux qui réussissent. Et quiconque obéit à Allah et à Son messager, et craint Allah et Le redoute… alors, voilà ceux qui réussissent et récoltent le succès.

 

(S47, V20) : « Quand on fait descendre une Sourate explicite et qu’on y mentionne le combat, tu vois ceux qui ont une maladie au cœur te regarder du regard de celui qui s’évanouit devant la mort. Il aurait été préférable pour eux de faire preuve d’obéissance et de répondre par des paroles convenables. Puis, quand l’affaire est décidée, il serait mieux pour eux certes, de se montrer sincères vis-à-vis d’Allah.

(Ceux qui se détourne et refusent d’obéir), Ce sont ceux-là qu’Allah a maudit. Il les a rendus sourds et a rendu leurs yeux aveugles.

Ne méditent-ils pas sur le Coran ? Ou y-a-t-il des cadenas sur leurs cœurs ?

Ceux qui sont revenus sur leurs pas après que le droit chemin leur a été clairement exposé, le Diable les a séduits et trompés. ».

 

(S4, V77) : « Puis lorsque le combat leur fut prescrit, voilà qu’une partie d’entre eux se mit à craindre les gens comme on craint Allah, ou même d’une crainte plus forte encore, et à dire : « Ô Seigneur ! Pourquoi nous as-Tu prescrit le combat ? Pourquoi n’as-Tu pas reporté cela à plus tard ? ” Dis-leurs : “La jouissance de ce bas monde est éphémère (pour ceux qui ont peur de mourir en combattant dans le chemin d’Allah), mais la vie future est meilleure pour quiconque vit dans la piété (et accepte de mourir en combattant dans le chemin d’Allah). »

 

(S24, V1-2 et 51-52) : « Voici une révélation que Nous avons fait descendre et que Nous avons imposée, et Nous y avons fait descendre des versets explicites afin que vous vous souveniez ».

La fornicatrice et le fornicateur, fouettez-les chacun de cent coups de fouet. Et ne soyez point pris de pitié pour eux dans l’exécution de la loi d’Allah – si vous croyez en Allah et au Jour dernier. Et qu’un groupe de croyants assiste à leur punition.

La seule parole des croyants, quand on les appelle vers Allah et Son messager, pour que celui-ci juge parmi eux, est : “Nous avons entendu et nous avons obéi”. Et voilà ceux qui réussissent.

Et quiconque obéit à Allah et à Son messager, et craint Allah et Le redoute… alors, voilà ceux qui récoltent le succès. »

 

(S33, V36-37) : « Il n’appartient pas à un croyant ou à une croyante, une fois qu’Allah et Son messager ont décidé d’une chose d’avoir encore le choix dans leur façon d’agir. Et quiconque désobéit à Allah et à Son messager, s’est égaré certes, d’un égarement évident. Quand tu disais à celui qu’Allah avait comblé de bienfaits, tout comme toi-même l’avais comblé : “Garde pour toi ton épouse et crains Allah”, et tu cachais en ton âme ce qu’Allah allait rendre public. Tu craignais les gens, et c’est Allah qui est plus digne de ta crainte. Puis quand Zayd eût cessé toute relation avec elle, Nous te la fîmes épouser, afin qu’il n’y ait aucun empêchement pour les croyants d’épouser les femmes de leurs fils adoptifs, quand ceux-ci cessent toute relation avec elles. Le commandement d’Allah doit être exécuté. »

 

 

 

VOUS AVEZ AIMÉ CET ARTICLE ?
S’abonner à notre newsletter.

En soumettant ce formulaire, j’accepte la politique de confidentialité

Articles en relation

Qui est Dieu dans le Coran?

Le Coran ne contient aucun passage proposant une description systématique des attributs de Dieu. En arabe, il est appelé « Allah » ce qui signifie simplement « Le